Certaines punaises de lit défient le traitement par insecticide

Des chercheurs de l’Université de Sydney ont découvert que les punaises de lit montrant une résistance aux insecticides couramment utilisés ont une carapace plus épaisse que celles qui sont rapidement tuées via un traitement chimique. Cela pourrait être une des raisons pour lesquelles les parasites suceurs de sang sont de plus en plus fréquents. (Lilly, 2016)

Un retour qui n’est pas le bienvenu

Après plusieurs décennies, pendant lesquelles rencontrer une punaise de lit était une expérience rare, même pour un technicien de lutte contre les parasites, les punaises de lit ont fait un retour en force dans le monde entier au cours de ces vingt dernières années.

Les infestations de punaises de lit, en plus de provoquer de gênantes morsures irritantes à leurs victimes, infligent des coûts aux propriétaires de maisons et aux chefs d’entreprises pour la surveillance continue, le traitement des pièces et des meubles infestés, l’élimination éventuelle et le remplacement des éléments infestés.

En 2005, on signalait déjà que ces parasites étaient à nouveau présents dans l’environnement urbain aux États-Unis, en Europe et en Australie, infestant les appartements, les hôtels, les établissements de santé et les dortoirs des collèges. [ CITATION Rom07 \l 2057 ].

Une résistance croissante des punaises de lit

Cette étude menée en 2007 aux États-Unis a montré “des niveaux extrêmement élevés de résistance” aux insecticides communs dans plusieurs infestations à travers le pays. Les chercheurs sont arrivés à la conclusion que la résistance était le “résultat auquel il fallait s’attendre suite à leur utilisation répétée”. En outre, l’échec des insecticides à lutter rapidement contre les infestations des populations d’insectes résistants a augmenté leur possibilité de se propager entre les chambres et les bâtiments, et via le recyclage des meubles et de la literie. [ CITATION Rom07 \l 2057 ].

L’essor des vols internationaux signifie également que plus de gens voyagent vers et à partir des zones infestées, en leur donnant plus de possibilités de se propager – souvent dans les bagages des voyageurs, comme plus d’un hôtelier l’a découvert.

Les changements dans l’utilisation d’insecticides ont également été considérés comme ayant contribué à la résistance croissante. Citons entre autre l’application plus contrôlée des insecticides, au lieu d’une pulvérisation à grande échelle, et l’abandon des organochlorés comme le DDT. La résistance aux pesticides a cependant d’abord été remarquée avec l’utilisation du DDT dans les années 50.

Les études menées sur d’autres insectes ont montré qu’ils peuvent développer une gamme de mesures d’adaptations qui leur confèrent une résistance aux pesticides : après une exposition à des traitements, après des changements métaboliques, avec l’augmentation des protéines et des graisses qui se lient à l’action chimique des pesticides et avec une cuticule plus épaisse (la «peau» des insectes) agissant comme une barrière empêchant le pesticide de pénétrer dans le corps des insectes. Aucune recherche précédente, cependant, n’a montré que les punaises de lit résistantes aux pesticides avaient une cuticule plus épaisse.

Qu’est-ce que les recherches ont révélé ?

Les chercheurs de l’Université de Sydney ont prélevé des punaises de lit à partir d’une infestation dans une maison et les ont élevées dans leur laboratoire pour produire un groupe d’insectes ayant  tous le même âge et ayant eu le même régime alimentaire et les mêmes conditions de vie.

Ensuite, les insectes ont été placés sur une surface traitée à l’insecticide et retirés de la surface lorsqu’ils ils étaient «KO». Ils ont été séparés en trois groupes qui ont été mis hors d’état de nuire dans les 2 heures (les sensibles), 4 heures (les endurants) et ceux qui n’ont pas été affectés après 24 heures (les résistants).

Les chercheurs ont ensuite mesuré l’épaisseur de la cuticule des punaises de lit au moyen d’un microscope électronique en étudiant des images de la coupe transversale des pattes de punaises de lit et des images des limites de la cuticule pour en mesurer l’épaisseur (voir figure 1).

Ils ont constaté que la durée de vie des punaises de lit face au traitement insecticide est liée à l’épaisseur de leurs cuticules. Les cuticules du groupe le plus résistant étaient en moyenne 16% plus épaisses que le groupe sensible.

Image au microscope électronique d'une coupe transversale de la patte d'une punaise de lit (Cimex lectularius) montrant la mesure de l'épaisseur de la cuticule.

Image au microscope électronique d’une coupe transversale de la patte d’une punaise de lit (Cimex lectularius) montrant la mesure de l’épaisseur de la cuticule.

Les chercheurs déclarent que ces résultats peuvent aider à expliquer pourquoi des défaillances sont si fréquentes dans le contrôle des enquêtes sur le terrain. Les résultats soulignent la nécessité d’une approche de gestion intégrée des nuisibles pour le contrôle des punaises de lit résistantes afin d’empêcher leur propagation.

Ils en ont également conclu que la combinaison des adaptations aux pesticides présentées par les punaises de lit – les changements de leur métabolisme et les changements physiques – ont des conséquences importantes pour l’élaboration d’insecticides dans la lutte contre les punaises de lits.

Savvas Othon, Directeur du Service et des Innovations Scientifiques chez Rentokil Initial a fait le commentaire suivant :

“ Il n’y a aucun doute : les punaises de lit ont évolué avec des peaux plus épaisses comme détaillé par l’université de Sydney et comme nous le savons, les modifications de la morphologie par l’évolution sont déclenchées, pour l’essentiel, par un besoin de survivre et de s’adapter à l’environnement. La vaste utilisation de produits chimiques pourrait être un tel déclencheur, mais cela reste une hypothèse et nous aurons besoin d’éclaircissements supplémentaires, par exemple, d’une cartographie historique d’échantillons de punaises de lit selon le niveau d’utilisation des insecticides au fil du temps.

Que l’évolution ait été déclenchée par l’utilisation d’insecticides ou non, la corrélation entre l’épaisseur de la cuticule et la résistance aux traitements insecticides est une découverte importante et peut avoir des conséquences sur les méthodes de traitement actuelles. Par exemple, nous avons pu voir que l’utilisation accrue de poussières déshydratantes en complément des traitements insecticides permet d’influer sur la cuticule des insectes “.

Toute résistance est inutile

Rentokil a développé une méthode de lutte contre les insectes sans produits chimiques qui est efficace contre les punaises de lit et d’autres insectes tels que les cafards, y compris ceux qui ont une résistance aux pesticides.

Notre traitement thermique Entotherm a remporté un prix pour la meilleure innovation dans le secteur privé. Il utilise la concentration de chaleur pour tuer les insectes – les œufs, les larves et les adultes – et peut être appliqué à une pièce ou à des éléments tels que des meubles placés à l’intérieur d’un conteneur spécial. Les zones traitées peuvent être réutilisées immédiatement après le traitement sans effets secondaires.

Cliquez sur ce lien pour en savoir plus sur la façon d’éradiquer les punaises de lit en utilisant notre traitement Entotherm.

cliquez pour découvrir le traitement thermique anti punaises de lit Entotherm

Bibliographie

Lilly, j. G. (2016, April 13). Cuticle Thickening in a Pyrethroid-Resistant Strain of the Common Bed Bug, Cimex lectularius L. (Hemiptera: Cimicidae). PlosOne.

Romero, A. (2007). Insecticide resistance in the bed bug: a factor in the pest’s sudden resurgence? Journal of Medical Entomology, 44(2), 175-8.

 

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *