Moustique tigre : pourquoi est-il dangereux ?

Ca y est, le mercure remonte, certain(e)s se préparent pour leurs examens, d’autres pour leurs vacances, et d’autres, comme moi, à braver les transports dans la chaleur… et à côté, le moustique tigre revient en France.

Je dis ça comme si ce n’était pas grave, mais en réalité, c’est plutôt inquiétant, car le moustique tigre revient et chaque année, il étend son territoire ou plutôt, sa zone d’infestation.

Le moustique tigre est présent en France depuis 2004, et il a été repéré pour la première fois dans les alentours de Nice. En l’espace d’une décennie, le moustique tigre a pu gagner énormément de territoire, notamment dans le sud de la France, où on a déjà sonné l’alarme pour le moustique tigre, par exemple, à Montpellier (Hérault), dans les Landes ou à Bordeaux (Gironde).

Plus inquiétant encore, en parlant d’extension de territoire, pour la deuxième année consécutive, le Val-de-Marne (Île-de-France) est reclassé en vigilance rouge.

 Mais au fait, pourquoi a-t-on aussi peur du moustique tigre ?

Le moustique tigre : vecteur de maladies

Le moustique tigre, et plus généralement le moustique, est vecteur de maladies ; c’est-à-dire que des maladies peuvent être transmises par leur biais. Si un moustique porteur de maladie vous pique, vous courez un haut risque d’attraper cette maladie.

Les cas d’infection par piqûre de moustique ont été rares jusqu’à très récemment en France. En général, ce sont les touristes qui vont dans des zones à risques (par exemple en Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud où il fait chaud et humide), qui reviennent en France malades qui sont comptabilisés comme “infecté” ; on parle ici de cas importés.

Quelques unes de ces maladies un peu plus en détail afin de se rendre compte du danger de l’invasion des moustiques tigres.

Chikungunya

Le chikungunya est endémique en Afrique et en Asie et il se transmet par le biais du moustique tigre.

Vous vous souviendrez peut-être de l’épidémie du chikungunya qui a frappé pour la première fois en France à l’île de la Réunion en février 2005. En un an, un tiers de la population de l’île avait été infectée ; bien que l’île de la Réunion soit une île relativement petite, il faut remettre les choses sur cette échelle :

  • En novembre 2005, on comptait 4 500 personnes contaminées.
  • En décembre 2005, 6 300.
  • En janvier 2006… 30 000 !
  • En avril 2006, on en comptait 244 000, soit 54 fois plus en l’espace de 5 mois !
Graphique évolution infection Chikungunya à la Réunion de 2005 à 2006

Sources : Observatoire régional de la santé de La Réunion

Les formes les plus graves du chikungunya peuvent notamment entraîner des douleurs articulaires et des températures de fièvre élevées, mais aussi des risques plus graves pour les personnes plus faibles comme les femmes enceintes, les nourrissons, ou encore les personnages fragilisées par d’autres maladies. Pour cet épisode à la Réunion, on comptait un taux de mortalité à 0.001% ; il a depuis été révisé par la Haute Autorité de Santé à 1 pour 1 000.

Le chikungunya n’a pas de traitement connu ; le traitement préconisé aujourd’hui n’en est pas vraiment un, il a surtout but d’atténuer les symptômes plutôt que de guérir.

Dengue

La dengue peut également être transmise par les moustiques tigres. Elle existe dans les régions tropicales et subtropicales, notamment dans les villes et grandes villes. Cette maladie est surtout présente en Asie, mais elle s’est également propagée en Amérique et même en Europe.

Elle est surtout présente dans les DOM-TOM ; les cas recensés en France métropolitaine sont surtout des cas importés.

Ses symptômes sont parfois confondus avec ceux de la grippe initialement, mais la dengue s’accompagne d’une éruption cutanée. La dengue en soi n’est pas considérée comme une maladie sévère, cependant, elle peut se compliquer et se transformer en dengue hémorragique. Elle ne touche que 1% des cas de dengue, mais les symptômes d’hémorragie sont extrêmement sévères et peuvent provoquer la mort.

Zika

Nous avions déjà précédemment traité le sujet du virus Zika chez StopNuisibles. Le moustique tigre est le vecteur principal du virus Zika.

Le virus Zika avait été le sujet d’un grand débat à cause de la soudaine épidémie juste avant la Coupe du Monde au Brésil 2014, et l’inquiétude était double :

  1. les visiteurs pour la Coupe du Monde pouvaient se faire infecter par le virus Zika ce qui aurait pu créer une crise sanitaire locale ;
  2. le virus est ensuite ramené par les nombreux visiteurs dans leurs pays respectifs ; transmissible par des moustiques, notamment les moustiques tigres mais également suspectée d’être transmissible sexuellement, ce qui a été confirmé en 2016.

Les moustiques peuvent s’infecter en piquant des personnes infectées puis retransmettent la maladie en piquant une personne non-infectée.

Depuis peu, le virus Zika n’est plus considéré comme une urgence nationale au Brésil, mais de l’autre côté de l’océan Atlantique, le moustique tigre lui gagne du terrain, comme on le remarque en France chaque année, le territoire occupé par les moustiques tigres augmente de plus en plus.

Infographie Virus Zika

Prévention du moustique tigre

Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tous les moustiques ne sont pas des moustiques tigres.

Dans une grande partie des cas, la piqûre de moustique tigre est bénigne. Le problème est de savoir quand : évidemment, nous ne vous conseillons pas de vous faire piquer avant de découvrir si le moustique tigre qui vous a attaqué était effectivement porteur de maladie ou non.

Ce qui signifie qu’il faut prévenir plutôt que guérir, parce que les virus que peuvent porter le moustique tigre n’ont pas de réel traitement connu.

Evitez donc les eaux stagnantes car c’est là où les moustiques tigres y déposent leurs œufs.

Aujourd’hui, notamment dans le cas du Val-de-Marne, les moustiques tigres n’ont pas été détectés comme porteurs de maladie.

Se protéger du moustique tigre

Il n’y a pas de solution miracle, le moustique tigre est au final un moustique, ils sont gênants et ils sont partout. Vous devez garder une attitude vigilante à tout moment, et n’hésitez surtout pas à signaler à votre mairie et sur le portail de signalement du moustique tigre l’arrivée de moustique tigre si votre commune n’est pas déjà répertoriée.

Se protéger des piqûres de moustique tigre

Privilégiez une tenue vestimentaire un peu plus protectrice, préférez les manches longues et de couleurs claires. Le moustique tigre préfère le matin et l’après-midi, mais une fois de plus, la vigilance prime sur ses habitudes.

Si vous craignez l’arrivée de moustique tigre et que vous avez besoin d’être rassuré, n’hésitez surtout pas à contacter votre mairie ; il suffit en général de leur soumettre une photo afin qu’ils puissent confirmer l’arrivée et ainsi intervenir si besoin.

Mais le plus dur restera encore de prendre la photo… !

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *