expertise technique

Devis et appel gratuits 0800 10 12 17  ou contactez-nous

Santé Publique

La Santé Publique est un domaine complexe qui est souvent difficile à promouvoir pour les gouvernements. Toutefois, en se concentrant sur les fondamentaux du contrôle et de la prévention des maladies, il est possible d’améliorer significativement et durablement l’espérance et la qualité de vie.

Les maladies infectieuses peuvent être propagées par :

  • Le contact de personne à personne ;
  • Une eau potable contaminée ;
  • Une nourriture contaminée ;
  • Le contact avec des animaux (des vecteurs tels que les moustiques, les rongeurs ou le bétail).

Le rôle de la lutte contre les nuisibles en Santé Publique consiste à prévenir la propagation d’une maladie par des vecteurs animaux, mais, ce faisant, peut aussi éviter la contamination des aliments et de l’eau par les nuisibles.

Les principaux nuisibles pouvant avoir un impact sur la santé publique sont les suivants :

  • Les moustiques (les risques incluent la malaria, la dengue et la fièvre jaune)
  • Les rats (la leptospirose, la cryptosporidiose, l’hépatite E et de nombreux parasites)
  • Les cafards (le ver solitaire, les gastro-entérite, intoxications alimentaires, tuberculose, dysenterie, ténia)
  • La mouche domestique (intoxications alimentaires, typhoïde, dysenterie et choléra)

Dans différentes parties du monde, d’autres nuisibles ont un rôle important dans la propagation des maladies à vecteur et l’impact que ces dernières ont sur la santé publique.

Rentokil est le leader mondial des services de luttes antiparasitaires aux gouvernements et aux ONG. Nous développons des programmes de contrôle de vecteur qui ont un effet immédiat sur la quantité de nuisibles, puis nous travaillons aux côtés d’agences gouvernementales pour former les locaux à la lutte antiparasitaire sur le long terme.

Liens d’intérêt

OMS – Organisation Mondiale de la Santé

Ministère de la Santé – Prévention des maladies à transmission vectorielle

Programmes de contrôle des vecteurs

La surveillance, le traitement et le contrôle des maladies à vecteur doivent être inclus dans toute politique détaillée de santé publique. Toutefois, ceci demande une expertise particulière difficile à mettre en œuvre sans assistance extérieure. 

Rentokil possède une vaste expérience dans la collaboration avec les populations locales et les gouvernements pour proposer des programmes adaptés à la réduction rapide du nombre de nuisibles et ainsi réduire les risques de maladies associés à ces nuisibles.

 Nous déployons des équipes multidisciplinaires et des technologies au sein d’un programme tout en veillant à travailler en proche collaboration avec les professionnels de la santé publique qui comprennent les risques spécifiques à un environnement particulier. 

La clé de notre succès a été notre proche coopération avec les agences gouvernementales sponsors pour développer des programmes personnalisés qui puissent s’intégrer à une politique de santé publique plus vaste. Pour qu’un tel programme puisse être efficace, il est important d’impliquer les responsables, les chercheurs et les cliniciens travaillant sur les politiques de santé publique au niveau local et national. 

Notre objectif est de régler les problèmes urgents de nuisibles mais aussi de veiller à ce que la population continue à en bénéficier d’une façon durable grâce à des techniciens locaux. 

En savoir plus sur les solutions Rentokil pour intégrer la lutte contre les nuisibles dans un cadre de santé publique.

Maladies à vecteur

Les mammifères, les oiseaux, les arthropodes et les insectes peuvent tous transmettre des maladies aux humains. Les nuisibles pouvant transmettre des maladies sont appelés des vecteurs. 

Le vecteur est contaminé par le parasite de la maladie par un hôte infecté, un animal ou un humain, et le transmet à un hôte intermédiaire ou directement à un hôte humain. Cette transmission se fait par morsures, piqûres ou par infestation des tissus, ou encore indirectement par transmission de la maladie. Les moustiques et les tiques sont des vecteurs de maladies notables parce que le principal mode de transmission se fait par l’alimentation par le sang. 

Le tableau ci-dessous présente un exemple des principaux vecteurs ainsi que les maladies qu’ils sont capables de transmettre.

Vecteurs et maladies

  • Moustique Aedes - Chikungunya, Virus de la Dengue, Virus du Nil Occidental, Fièvre Jaune 
  • Moustique Anopheles - Malaria 
  • Oiseaux - Grippe Aviaire 
  • Puces - Peste Bubonique 
  • Mouches Domestiques - Typhoïde, Dysenterie, Choléra 
  • Rats - Leptospirose, Peste (par les puces), Leishmaniose (par le Phlébotome) 
  • Phlébotome - Leishmaniasis 
  • Tiques - Maladie de Lyme 
  • Insectes Triatomes - Maladie de Chagas 
  • Mouche Tsétsé - Trypanosome Africain (Maladie du Sommeil)

Statistiques de contamination

Les maladies à vecteur sont répandues dans les zones tropicales et subtropicales et sont relativement rares dans les zones tempérées, bien que le changement climatique puisse créer des conditions appropriées pour l’apparition de maladies dans les régions tempérées.


La moitié de la population mondiale est infectée par des maladies à vecteur ce qui a des impacts sanitaires colossaux comme une mortalité élevée dans les pays les plus démunis. Malheureusement, les maladies à vecteur sont en recrudescence et posent un risque accru. Ceci est vrai pour toutes les maladies susmentionnées et de récents exemples sont donnés ci-dessous :

  • Les infections par la dengue sont estimées à 50 millions par an. Endémique dans plus d’une centaine de pays (seulement 9 pays avant 1970). 1
  • Le taux d’incidence de la leptospirose est augmentation au niveau mondial – 600,000 par an. 1
  • 350-500 millions cas de malaria sont détectés chaque année. 2
  • Chaque année, les cas de maladie de Lyme sont multipliés par deux aux USA. 3

Cette émergence ou résurgence des maladies à vecteur au niveau mondial a de multiples raisons :

  • Le retrait des insecticides les plus efficaces mais aussi les plus toxiques (comme le DDT) et la recrudescence d’une résistance aux insecticides ont conduit à l’augmentation du nombre de vecteurs.
  • Une augmentation sans précédent de la population et l’expansion incontrôlée des zones urbaines, associées à la déforestation signifient que les humains s’installent dans les habitats naturels de ces nuisibles et les constructions humaines deviennent alors des zones de reproduction idéales.
  • Les gouvernements ont réduit les ressources pour la surveillance, la prévention et la lutte contre les maladies à vecteur et les infrastructures de santé publique requises permettant le traitement des maladies se sont détériorées.
  • La globalisation et l’augmentation des voyages et des transports internationaux ont contribué à la propagation rapide des infestations.

Sources :

  1. OMS.
  2. CDC (Centre américain de contrôle et de prévention des maladies).
  3. Medical College of Wisconsin.

Étapes suivantes

Trouver l'expert le plus proche de chez vous

Votre code postal

Nos agences


Trouvez votre expert local

Auvergne-Rhône-Alpes

Grand Est

Île-de-France

Région Nord

Région Ouest

Région Sud

Région Sud-Ouest

Provence-Alpes-Côte d'Azur

Contact


Contactez-nous

08h00 - 18h00 (sauf le vendredi 17h00)

0801 23 21 26

Appelez-nous dès maintenant ou remplissez le formulaire de contact en spécifiant votre problème

Login